2 Comments

  • Pyridine,
    Vous dites bien par le jeu du trait, de la couleur et du mot, comment l’esprit féminin sait que la gourmandise s’ennuierait s’il n’était question d’érotisme. Gourmandise, non car elle, ne laisse rien !?! Ici, entre l’esprit gourmet qui frôlant l’instant en érotise son contact. L’esprit est coquin lorsqu’il prend son temps. Il caresse la page quitte à remonter à contre-fibre… Le papier a des frissons et la femme contourée dessus inéluctablement se cambre. Et le papier doucement se gondole. Retenu par ses doigts, il se froisse. Alors, l’esprit boustrophédon la détend.
    Mais !?! Que dit-elle ?

    • :)

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

Current ye@r *